Connecte-vous avec nous sur

A la Une

Francophonie : Louise Mushikiwabo s’est entretenu avec Felix Tshisekedi

Publié

le

La tournée de la secrétaire générale de l’OIF est la première en République Démocratique du Congo, depuis sa prise de fonction à la tête de cette organisation, en janvier dernier.

Louise Mushikiwabo a rencontré le chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshilombo Tshisekedi juste après son arrivé dans la capitale congolaise. Mushikiwabo a également rencontré le Premier ministre Bruno Tshibala dans la soirée.

Ancienne ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo tiendra une conférence ce vendredi à 11 heures avec les étudiants à l’Université protestante du Congo (UPC). Elle va ensuite rencontrer les femmes d’affaires affiliées à la Fédération des Entreprises du Congo (Fec).

La successeuse de Michaëlle Jean à la tête de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) a promis de mettre la jeunesse au centre de son action. Sa candidature au poste de secrétaire générale avait reçu le soutien du président français, Emmanuel Macron, puis celui de l’Union africaine, qui compte de nombreux Etats membres de cette organisation. Alors qu’au début, la candidature de cette proche du président Paul Kagame, ministre des Affaires étrangères depuis 2009, avait provoqué l’étonnement, étant donné que le Rwanda avait abandonné l’enseignement en français en faveur de l’anglais en 2010.

 Louise Mushikiwabo avait noté, dans un entretien au Monde Afrique, qu’elle attendait le début « d’une nouvelle ère » pour les relations franco-rwandaises.

Parmi ses premières priorités, la secrétaire générale de la francophonie avait notamment inscrit de donner une meilleure visibilité à l’organisation. « Je suis convaincue que nous pouvons avoir plus d’impact. Les enjeux mondiaux sont tels que l’OIF ne parvient pas à s’impliquer suffisamment », avait-elle souligné.

Avec son expérience de diplomate, Louise Mushikiwabo avait également promis  de mettre la jeunesse au centre de son action à la tête del’OIF. « Dans les nombreux pays que j’ai visités ces derniers mois, l’accès des jeunes à l’emploi est une préoccupation importante. Une organisation comme la nôtre peut servir d’élément déclencheur et contribuer à créer des opportunités pour les jeunes. J’aimerais que l’on fasse quelque chose pour cette jeunesse tellement désespérée qu’elle en arrive à se jeter dans la Méditerranée. Je suis également très attachée à l’échange de bonnes pratiques entre les pays. Ce qui a marché dans un pays peut marcher dans un autre avec une adaptation », a-t-elle dit.

Louise Mushikiwabo est née en 1961 dans une famille de petits propriétaires terriens, au moment même où commencent les persécutions à l’égard des Tutsi. Après son baccalauréat, elle est devenue professeure d’anglais. En 1986, elle obtint une bourse et part pour les Etats-Unis faire des études d’interprétariat.

Revenue au pays en 2008, après un bref passage en Tunisie comme directrice de la communication de la Banque africaine de développement, Louise Mushikiwabo intègre le gouvernement rwandais, comme ministre de la Communication puis comme cheffe de la diplomatie. C’est en 2018 que son pays, le Rwanda, l’a présentée pour succéder à Michaëlle Jean. Elle est la troisième Africaine à prendre la tête de l’OIF,  après l’Egyptien Boutros-Boutros Ghali et le Sénégalais Abdou Diouf.

Publicité
Commentaires

DERNIERES MINUTES

EPIDEMIE EBOLA EN RDC