Loading

Emeutes aux USA ?

Au milieu d’étranges mois de calme et de sirènes, de solitude de masse prolongée, de files d’attente silencieuses et socialement distantes au supermarché, de regards agités sur des masques austères, de la descente dans la mélancolie, voici une insurrection !

Je n’ai pas besoin de sortir pour voir. C’est l’insurrection qui vient vers moi. Une foule gigantesque manifeste sous ma fenêtre en criant en chœur “Pas de justice ! Pas de paix !” (Pas de justice ! Pas de paix !)

Le lendemain, j’y jette un coup d’œil. Je veux participer. Une foule beaucoup plus nombreuse s’est rassemblée au Barclays Center, des jeunes de Brooklyn dans toutes leurs variétés, des amis de lycée, des hipsters consciencieux, une délégation de personnages pathétiques de la Jeunesse révolutionnaire internationaliste, des colocataires brandissant leurs pancartes, où “Le silence blanc est la violence blanche” est écrit à la main de façon émouvante.

L’immense foule s’avance le long de l’avenue Flatbush. Encore une fois, je n’ai pas besoin d’y aller. Une faction vient à nouveau manifester sous mes fenêtres.

Le spectacle nocturne, vu de mon toit, est décidément alarmant. Au loin, c’est le rugissement des foules qui crient, des mots qui auraient pu être “George ! Floyd !”, bien que je n’en sois pas sûr.

En haut, les hélicoptères de la police bombardent la ville avec bruit. En montant, les motards répondent aux hélicoptères en gazant les moteurs.

Les sirènes, encore une fois : des sirènes de combat, cette fois, et non des sirènes d’urgence médicale. C’est l’empire de la colère qui, comme les camions de police que l’on voit dans les vidéos et qui deviennent fous pour frapper les gens, s’avance sans pitié sur le silence macabre de l’épidémie.

Les entreprises de déménagement autant que les autres services sont aussi à l’arrêt à cause des émeutes !

Le problème est que les États-Unis ne sont pas Hong Kong. Chaque fois qu’il y a eu une protestation sérieuse, ils n’ont jamais démontré, même de loin, la résilience dont ils disposent, la persistance, la ténacité à soulever une question comme étant impérative. Ils ont allumé des feux puis les ont laissés s’éteindre, laissant derrière eux des cendres volantes et une mauvaise propagande.

Et ce faisant, dans leur répétition fatale et obsessionnelle, les choses deviennent, à chaque fois, un peu plus mauvaises. Ceux qui ont écrit sur ces choses au cours des vingt dernières années le savent : les deux fléaux bibliques de l’Amérique contemporaine sont intacts et ont tendance à s’agrandir plutôt qu’à se réduire.

Nous parlons de la circulation démentielle des armes – avec la culture de la violence annexée et avec la conséquence mathématique des massacres qui ponctuent les chroniques nationales indolentes, indifférentes à un phénomène considéré comme un effet secondaire de leur propre ordre – et, en même temps, de l’explosion de la violence policière contre les Afro-Américains, e bilan d’une fracture jamais guérie, qui prend des dimensions diaboliques lorsqu’elle voit ses racines liées à la folie légalisée de l’esclavage, de la déportation, de l’exploitation, et de l’acquisition au sein de son système social laïque du principe de subalternité, de domination et, inconcevable, de possession de l’âme d’autrui.

Si vous chevauchez un éclair depuis les marchés de viande de Charleston jusqu’aux espaces ouverts désolés de Minneapolis aujourd’hui, le sentiment est celui du chaos moral, du désordre et de la confusion psychologique, plus encore d’un éloignement collectif, d’une incapacité à distinguer, avec colère et sincérité, entre ce que vous dites et ce que vous pensez vraiment : les corps noirs et les personnes qui les habitent sont une variable dont la discrétion des blancs, anciens geôliers, peut disposer selon leur humeur, en ne respectant pas les commandements, les règles ou même les compromis.

Un Blanc, un certain type de Blanc qui obéit à la transmission d’une mentalité non écrite mais palpable, suspendue, partagée, transmise, peut faire ce qu’il veut, aller jusqu’à des points indéfinis, en faisant à un Noir ce qui le pousse à faire. Il n’y a pas de frontière, mais il existe un scénario qui peut être généralement adapté à la myriade de cas qui se sont produits, année après année.

Selon le complot le plus flagrant, tout vient du début du prétexte, de la recherche d’une personne sans nom et surtout sans taches graves, au mauvais endroit et au mauvais moment. Puis l’escalade d’une violence qui n’est jamais un ruisseau sec, mais plutôt une démarche rythmée, un gonflement de la bulle.

Enfin la tragédie : un mort à terre, la paresse des procédures, la couverture sur le cadavre et le peu de turbulence émotionnelle qui entoure normalement la scène du crime. Car presque toujours quelqu’un est là, voyez-vous, murmure des mots de reproche babillant, mais personne n’intervient sérieusement. L’abattage se déroule dans des matins silencieux ou des après-midi étourdis, au rythme régulier d’une réplique de The Miserable. Un autre enfant est pris et sacrifié. Les membres de sa propre race ne peuvent que recommander à leurs enfants de respecter scrupuleusement les avertissements, c’est-à-dire de se soumettre, se soumettre, se soumettre, sans même penser un instant à résister, si vous ne voulez pas entrer dans cette longue liste – des noms, plus de corps.

Les meurtres rituels ont généralement lieu dans l’indifférence qui réaffirme la domination, qui écrase le cou d’une race sous le pied d’une autre. La pourriture américaine est la suivante : il n’y a pas de péché, il n’y a pas de punition, il n’y a pas de repentance, il n’y a pas de rédemption – il n’y a que répétition, reprobation soumise, coexistence avec l’inévitable du fait que c’est nous, pas tous, mais beaucoup, parce que sur ces bases la nation a été générée.

Le mal est à l’intérieur, il ne peut être éradiqué. On peut prier et faire de bonnes actions. Mais on ne peut pas changer sa nature si on a été éduqué dans cette appartenance. Parfois, la protestation explose, identique aux quatre coins de l’Amérique, de LA de Rodney King à Ferguson de Michael Brown, de la Floride de Trayvon Martin à Minneapolis de George Floyd.

Le soulèvement est chorégraphié, enveloppé de feux, de verre brisé, de corps en sueur, de cris et d’éclairs, de signes en noir et blanc, de bâtons, de volets brisés, de magasins pillés et d’attente. Ils attendent que la représentation flagrante de l’inexplicable horreur qui vient d’être commise soit amplifiée par la virulence de cette réaction, qui ne se veut ni organique, ni logique, ni débattante, mais se veut menaçante, désespérée, veut dévaster et effrayer, veut dire au monde “Mais tu ne vois pas ? Comment garder le silence ? Comment pouvez-vous vivre avec votre conscience face à ce désastre ?”.

À ce moment-là, toujours et à chaque fois, le scénario se répète et même les reporters les plus volontaires éviteraient volontiers de réécrire l’article habituel. Qu’il s’agisse d’un massacre insensé avec une douzaine de personnes innocentes étendues dans le sang parce qu’un employé licencié a demandé une indemnisation, ou qu’un homme noir ait été brutalisé et qu’il se soit terminé sans la moindre motivation pour la décision instinctive d’un policier de le faire, produit sans même préméditation mais pour le compte des hommes qui gouvernent cette nation, tout en montant la révolte, le remède tente de passer par les mots, qui, comme jamais auparavant, démontrent leur subalternité devant les images, sonnant vides, inutiles, rhétoriques, redondantes, dégoulinantes d’hypocrisie, de lâcheté, d’arrogance, d’absence.

Non seulement celles d’un président aujourd’hui au-delà des frontières de la folie, et pourtant démocratiquement élu (cet homme, il faut toujours le répéter, a été consciemment choisi par les électeurs pour diriger une nation qui couve en son sein ces infections), mais aussi les paroles de ceux qui prétendent que la plainte doit avoir suivi, que l’injustice doit être réparée, que les bonnes raisons de la rébellion doivent trouver satisfaction avant que ceux qui protestent n’outrepassent le légal, plongeant la protestation dans le mal.

Bla, bla, bla. L’Amérique a eu Obama et ses invocations, ponctuées par huit frêles années d’une tentative de réconciliation qui n’a jamais été vaguement réalisée. Aujourd’hui, il est odieux et impuissant face à une situation d’instabilité qu’il ne peut supporter, sanglotant, constatant combien l’individualisme convoité est impuissant dans le labyrinthe de la modernité, vague de pères fondateurs en observant impuissants les chiffres du chômage.

Les Noirs meurent tués par la police et décimés par le virus, dans une source de mécontentement au cours de laquelle ils crient “Justice !”, ils frappent dans les mains, courent sauvagement, cherchent à se venger, invoquent la compréhension, et si ce n’est pas le cas, les villes sont incendiées. Entre-temps, le système s’est recomposé, il a retrouvé l’ordre minimum nécessaire, même en présence du président, qui parle de folie, écrit sur les chiens qui mordent les rebelles, vomit de l’impudeur, comme le plus abandonné des souverains disgraciés.

Les flammes brûlent, les postes de police brûlent, la constipation est promulguée “à condition”, les matraques et les fusils sont empilés, le message qui s’agite est “ça suffit ! Nous vous avons rendu fou, rentrez chez vous ! Ne nous mettez pas vraiment en colère !”.

La Garde nationale et l’armée, les blindés et les camions de pompiers se pressent : la colère des émeutes dans les villes américaines vacille, elle ne connaît pas la constance et la patience de Hong Kong, elle ne vient pas d’un reflet mais d’un applaudissement, elle vacille comme un drapeau fouetté par le vent, elle se renforce d’iniquité, elle faiblit de fatigue, elle montre qu’elle n’a pas d’espoir.

Il faudrait un grand pessimiste comme Faulkner pour décrire l’Amérique dans l’effrayant cul-de-sac de 2020. Un chemin sombre, sans issue, dans lequel elle a pénétré par elle-même, victime de ses erreurs, de l’esprit d’abnégation innommable, d’une tension vers la toute-puissance qui, seulement maintenant, face aux catastrophes écumantes qui recouvrent son corps, raconte la fin d’une histoire qui erre maintenant dans le marais des illusions.

Réagir à l'article