Loading

USA : Trump menace de déployer l’armée

Dans un article paru dans Medium, l’ancien président des États-Unis s’adresse aux jeunes protagonistes de la mobilisation contre le racisme qui caractérise les forces de police du pays : “Seule l’action pacifique et la démocratie peuvent mener aux réformes que nous voulons“.

Alors que des millions de personnes à travers le pays descendent dans la rue et font entendre leur voix en réaction au meurtre de George Floyd et au problème persistant de l’inégalité en matière de justice, beaucoup se sont demandé comment maintenir cette dynamique et apporter de réels changements.

Dans un article paru dans Medium, Barack Obama commente les grandes manifestations qui se déroulent à travers les États-Unis, soutenant les efforts des militants, qui ont la responsabilité de “trouver les stratégies les plus appropriées en ces temps. Mais face à de nombreux participants “pacifiques, courageux, responsables et inspirants”, il y a eu une minorité responsable de l’apparition de la violence dans les rues.

“Ne justifions pas la violence, ne la rationalisons pas, n’y participons pas. Si nous voulons que notre système judiciaire, et l’ensemble de la société américaine, fonctionne sur la base d’un code d’éthique plus élevé, nous devons le façonner nous-mêmes.

À ceux qui pensent que seules les protestations peuvent apporter un changement et que le vote démocratique est inutile, l’ancien président explique que si la désobéissance civile a souvent été le seul moyen dans l’histoire d’attirer l’attention sur les communautés en marge de la société, il est également vrai que “les aspirations doivent être traduites en lois et pratiques institutionnelles spécifiques”, ce qui, dans une démocratie, ne peut être lancé qu’en élisant des représentants politiques sensibles à ces demandes.

Ces représentants, explique M. Obama, sont avant tout ceux qui opèrent au niveau local et à celui des États : les maires qui nomment les chefs des forces de police, les procureurs qui décident des affaires à instruire lorsque la police a commis des infractions.

Pourtant, la participation au vote dans de nombreuses communautés est très faible, surtout parmi la jeune génération. Ceux qui finissent au pouvoir sont souvent l’expression de quelques milliers, voire de centaines, de voix.

“Après tout, le point est le suivant : si nous voulons générer un véritable changement, le choix n’est pas entre les protestations ou la politique. Nous devons faire les deux. Nous devons nous mobiliser pour sensibiliser, et nous devons nous organiser et voter pour être sûrs d’élire les candidats qui agiront pour faire aboutir les réformes.

Il ne suffit pas de développer des entreprises de déménagement ou autres pour avoir la paix sociale. Nous devons également formuler des demandes aussi précises que possible sur la réforme de la justice et de l’application de la loi, afin que les élus ne puissent pas se contenter de formuler leurs demandes en paroles et revenir à la normale dès que les protestations s’apaiseront, a déclaré M. Obama. Chaque communauté devra ensuite réfléchir à des propositions en fonction de ses propres besoins, avec l’aide de militants et d’organisations locales.

“Je sais combien ces derniers mois ont été durs et décourageants – que la peur, la souffrance, l’incertitude et la dureté de la pandémie se sont accompagnées du tragique rappel de la façon dont les préjugés et l’inégalité affectent encore la vie des Américains”, a conclu l’ancien président. “Mais être témoin du militantisme des jeunes ces dernières semaines me donne de l’espoir. Si, en regardant vers l’avenir, nous pouvons canaliser notre colère raisonnable en une action pacifique, soutenue et efficace, ce moment pourrait devenir un véritable tournant dans le long voyage de notre nation vers nos plus grands idéaux. Mettons-nous au travail.

Réagir à l'article