Loading

Attaque à Nice : Est-ce que c’est lié au terrorisme ?

Trois personnes ont été tuées dans une attaque au couteau dans la ville française de Nice, selon la police.

Le maire de Nice, Christian Estrosi, a déclaré qu’il y avait eu “une attaque terroriste au cœur de la basilique Notre-Dame”.

Une victime âgée venue prier a été “pratiquement décapitée”. Le suspect a été détenu peu de temps après l’attaque.

Estrosi a parlé d ‘”islamo-fascisme” et que le suspect avait “répété sans cesse” Allahu Akbar “(Dieu est le plus grand).”

Les procureurs nationaux antiterroristes de la France ont ouvert une enquête pour meurtre.

 

Que sait-on de l’attaque?

Deux de ceux qui sont morts ont été attaqués à l’intérieur de l’église, la femme âgée et un homme qui a été retrouvé la gorge tranchée, selon les rapports.

Une femme qui avait réussi à fuir vers un café voisin a été poignardée à plusieurs reprises et est décédée plus tard.

Il est apparu plus tard qu’un témoin avait réussi à sonner l’alarme grâce à un système de protection spécial mis en place par la ville.

Dans un autre cas, un garde a été attaqué au consulat français de la ville saoudienne de Djeddah. Le consulat a déclaré que l’attaquant avait été arrêté et que le garde avait été transporté à l’hôpital. On ne dit pas que sa vie est en danger.

 

Quelle a été la réaction?

Le ministre français de l’Intérieur a appelé les gens à éviter la zone située au centre de la ville de la Côte d’Azur. Gérald Darmanin a déclaré qu’il convoquait une réunion de crise au ministère à Paris. Le président Emmanuel Macron se rendra sur les lieux plus tard jeudi.

Une minute de silence a eu lieu à l’Assemblée nationale, où le Premier ministre Jean Castex venait de donner des détails sur les mesures de verrouillage de Covid-19 entrant en vigueur jeudi soir.

“Il s’agit sans aucun doute d’un nouveau défi très sérieux qui frappe notre pays”, a-t-il déclaré, appelant à l’unité et à la cohésion.

Le Conseil français de la foi musulmane a condamné l’attaque au couteau de Nice et a évoqué sa solidarité avec les victimes et leurs familles.

 

Quel est le contexte?

Nice a été la cible de l’une des attaques les plus meurtrières de la France ces dernières années, lorsqu’un Tunisien de 31 ans a conduit un camion dans la foule pour célébrer le 14 juillet 2016, tuant 86 personnes.

Quelques jours plus tard, un prêtre, le père Jacques Hamel, s’est fait trancher la gorge pendant la messe du matin dans une église de Rouen.

L’attaque de jeudi fait écho à une autre attaque au début du mois près d’une école au nord-ouest de Paris. Samuel Paty, qui était enseignant à Conflans-Sainte-Honorine, a été décapité quelques jours après avoir montré des caricatures controversées du prophète Mahomet à certains de ses élèves.

Le meurtre a accru les tensions en France et la tentative du gouvernement de réprimer l’islam radical a provoqué la colère de la Turquie et d’autres pays.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé au boycott des produits français.

La situation s’est aggravée après la parution d’une caricature sur M. Erdogan dans le magazine satirique Charlie Hebdo.

 

Réagir à l'article