Loading

Comment récupérer des points sur son permis de conduire ?

De base le permis de conduire est constitué d’un capital de 12 points que l’on peut facilement perdre en cas d’infraction. Il faut donc être extrêmement être vigilant pour ne pas en perdre la totalité, au risque de voir son permis être retiré. Et donc, de ne plus pouvoir conduire.

Le système de retrait de points

Comme il l’a été dit précédemment, en cas d’infractions au Code de la route, des points peuvent être retirés. Tandis que certaines infractions peuvent uniquement faire l’objet d’amende, d’autres peuvent engendrer le retrait de points variant de 1 à 6. Lorsque vous faites des infractions avec retrait de points, vous serez directement informés du nombre de points qui vous ont été retirés. Sinon, pour vérifier le nombre de points qu’il vous reste, vous pouvez tout aussi bien vous rendre à la préfecture ou rendre sur des sites spécifiques.

Pour récupérer les points perdus, vous avez trois alternatives :

  • Ne faire aucune infraction pendant une période de 6mois à deux ans
  • Suivre un stage permis à points
  • Repasser votre permis de conduire si jamais les 12 points sont perdus

Combien de temps faut-il pour récupérer tous les points perdus ?

Grâce à la loi Loppsi 2 du 14 mars 2011, le temps de récupération des points a connu un assouplissement. Par exemple, si l’on a perdu que 1 seul point, nous avons 6 mois pour le récupérer au lieu des 1 an initiaux. Si l’on a perdu beaucoup plus de points, désormais, nous avons 2 ans pour les récupérer à condition qu’il n’y ait aucun nouveau retrait. Le délai de reconstitution de la totalité des points reste toutefois fixé à 3 ans.

Le stage de sensibilisation à la sécurité routière : le meilleur moyen de récupérer ses points

Lorsque vous avez perdu plus de 6 points, une lettre recommandée vous est envoyée. Celle-ci contient généralement une recommandation à un stage de sensibilisation à la sécurité routière qui peut vous permettre de récupérer jusqu’à 4points. Actuellement, nous avons la possibilité de le réaliser tous les ans. Il en existe plusieurs sortes : le stage obligatoire pour les détenteurs d’un permis probatoire, le stage volontaire, le stage en alternative à la poursuite judiciaire, le stage en exécution d’une composition pénale, le stage en peine complémentaire.

La plupart de ces stages sont payants et sont suggérés par des organismes agréés et contrôlés par la préfecture. Ses couts environnent généralement les 250 euros. Sinon, pour pouvoir connaitre la liste des organismes proposant les stages, on peut obtenir une liste auprès de la préfecture. Au cours du stage choisi, plusieurs sujets peuvent être abordés. Notamment des chiffres et des informations sur la sécurité routière, une approche de l’accident avec des tests de freinage, des questionnaires auto afin d’évaluer l’étendue de vos connaissances, etc.

 

Réagir à l'article