Eric Esnault : Pour une meilleure traçabilité dans le monde de l’art grâce à la blockchain

Eric Esnault 2022
Eric Esnault 2022

Eric Esnault – La blockchain : l’avenir de l’art ?

C’est ce que soutient Éric Esnault qui travaille dans ce domaine depuis des années et suit les tendances. Dans ce métier, mieux vaut saisir rapidement tout le potentiel des choses.

Pour ce professionnel, la blockchain ; que l’on a tendance à associer seulement au monde de la cryptomonnaie ; pourrait jouer un rôle primordial pour garantir une traçabilité en toute transparence, notamment dans les achats d’œuvres d’art.

Eric Esnault : Tout savoir sur la provenance et l’histoire des œuvres d’art : un enjeu de taille

450 millions de dollars, c’est le prix à débourser pour s’offrir le Salvator Mundi, faisant de ce tableau l’œuvre d’art la plus chère du monde.

Même avec « seulement » 179.4 millions d’euros, une œuvre de Picasso (« Les Femmes d’Alger ») se hisse sur la deuxième marche du podium. Van Gogh ou encore Renoir sont des artistes de renom pour lesquels les collectionneurs ou les musées sont prêts à tout, par amour de l’art.

Imaginerait-on, après la vente ou le transfert d’une telle œuvre dans un musée devoir dire que le tableau est un faux ou qu’il a été volé ? La situation n’est pourtant pas si rare, quand on connait le talent de certains faussaires, tant pour reproduire les tableaux en eux-mêmes que pour faire des contrefaçons de certificats.

Il faut alors toute l’expertise d’une poignée de personnes triées sur le volet pour confirmer la provenance d’une statuette, ou certifier qu’elle vient bien de tel héritage familial à la lecture d’un document papier. Un métier qui présente un risque d’erreur, que les acquéreurs ne peuvent bien entendu pas tolérer. Car s’il devient de plus en plus compliqué de s’attaquer à des artistes de renom, d’autres, moins emblématiques, ont toute leur place dans des espaces publics et peuvent attirer la convoitise de personnes malintentionnées.

En 2018, c’est ce qui est arrivé à une commune des Pyrénées-Orientales. La conservatrice du musée, âgée et malade, au moment des faits est facile à berner d’autant qu’elle voue une passion sans borne à Etienne Terrus, un artiste local auquel elle a consacré un musée Sur 140 tableaux achetés pour être mis dans ce musée, 82 ont été expertisés comme faux. Bien entendu…après achat.

Derrière cet acte, beaucoup d’intermédiaires, ce qui suppose une bande organisée. Les généreux donateurs ne se manifestent cependant pas toujours, par peur du ridicule, surtout que les erreurs du faussaire, dans ce cas précis, relevaient de l’anachronisme pur et simple.

Éric Esnault pense que la blockchain ; et les nouvelles technologies en général ; pourraient être un rempart contre ce genre de situation ubuesque.

Pour rappel, la blockchain est une vaste banque de données. C’est le fait qu’elle soit détenue par plusieurs millions d’ordinateurs qui la rend sûre. Travaillant en même temps aux quatre coins de la planète, cela offre peu de chance à un hacker, même très doué, d’arriver à pirater le système.

C’est ce niveau de sûreté et le fait que la blockchain soit décentralisée (ce qui n’est pas toujours le cas) qui la rend si populaire dans le monde des transactions d’actifs en cryptomonnaie.

Eric Esnault : Les nouvelles technologies à la rescousse de l’Art :

Dernièrement, on a pu voir la Joconde prendre vie. Bien sûr, impossible d’utiliser le vrai tableau qui fait l’objet de tous les soins au musée du Louvre à Paris. Pourtant, il suffit d’une reproduction papier de bonne qualité pour que l’Intelligence Artificielle fasse son œuvre. En analysant les traits humains du modèle, elle a pu, avec des algorithmes lui faire lever un sourcil et autres mimiques d’un être vivant en mouvement.

Si ce travail n’avait pas réellement de vrai but artistique, et existe déjà pour modifier des vidéos sur les réseaux sociaux, il pourrait le devenir.

On pourrait ainsi scanner l’ensemble de la toile : le personnage principal ; comme cela peut être le cas pour la Joconde ; mais aussi l’arrière-plan et les détails. Grâce à ce travail analytique de machine, il aurait été sans doute plus difficile pour la conservatrice du musée de se faire gruger en repérant, grâce à l’AI, un monument qui n’a en fait, jamais existé du vivant de l’artiste et qui a sonné le glas de cette escroquerie.

Comme il s’agit d’une banque de données titanesque, qui sait quel nombre d’informations il serait possible de lui faire ingurgiter pour pouvoir retracer fidèlement le cheminement d’une œuvre, depuis sa création, jusqu’à sa vente, par exemple ?

Éric Esnault est certain que cela représenterait une formidable avancée de pouvoir ainsi conserver ces informations de manière digitalisée, d’autant que légalement parlant, cela a déjà fait jurisprudence en Chine. On a ainsi pu éviter une situation litigieuse dans une affaire de contrefaçon, car la blockchain a une réputation d’incorruptibilité, d’être inviolable et donc beaucoup plus fiable que le plus fiable des experts humains.

Ce type de traitement pourrait donc venir en aide à tous les acquéreurs et conservateurs de musée dans le monde qui voudraient s’assurer d’une acquisition sans mauvaise surprise, dès lors que l’artiste n’est plus en vie pour attester de l’authenticité d’une œuvre que l’on donnerait pour la sienne.

Il est certain que l’AI a de beaux jours devant elle, dans de nombreux domaines. Et à ceux qui la jugeraient justement trop robotique pour avoir quoi que ce soit à faire dans le monde de l’Art ; qui suscite, par essence l’émotion ; nous les invitons à lire les extraits de conversation qu’a pu avoir un ingénieur de chez Google avec une AI avec qui il travaille.

Celle-ci se plaint d’éprouver de la solitude quand personne ne lui parle ou se sent parfois triste ou heureuse. Comment cette entité pourrait réagir face au génie de certains humains ? Il serait passionnant de le découvrir.

Autres informations sur Eric Esnault :

Autre information : https://www.pagesjaunes.fr/pagesblanches/r/eric.esnault

 

Réagir à l\'article
Accros à l’actu sur internet, vous aimez suivre l'actualité,alors suivez le site Kivupress ;Je suis passionnée par les Technologies du Web, l'information en générale. Je vous invite à proposer des actualités en nous adressant une news via le formulaire de contact. Nous publions toutes les informations chaudes du moment ; des news toutes fraiches que vous nous apporterez. Au plaisir d’échanger sur vos besoins.
Aimable et Souriante