Loading

Les dauphins ? Question ridicule pour la grande distribution en France

Dans votre prochaine recette de Merlu ayez une pensée pour tous les dauphins mort pour cela !

Un massacre silencieux a lieu chaque jour dans les eaux du golfe de Gascogne. Ici, les bateaux de pêche français utilisés pour la capture du bar et du merlu causent la mort de centaines de dauphins vivant dans les eaux atlantiques au large des côtes françaises.

Pour tenter de mettre un terme au massacre qui se déroule dans les eaux européennes, la flotte de Sea Shepeherd, composée d'”éco-pêcheurs”, est également arrivée et surveille la zone depuis plusieurs jours pour voir comment un tel nombre de prises accidentelles est possible.

Au moins 11300 dauphins tués en 2019

https://fr.news.yahoo.com/france-tue-dauphins-092810096.html

Selon l’association environnementale dirigée par Paul Watson, au cours des six dernières semaines seulement, 600 dauphins sans vie ont été trouvés sur les plages françaises de Vendée, de Charente Maritime et de Gironde.

“Ces décès ne sont que la partie émergée de l’iceberg, puisque 80% des corps, souvent éviscérés, finissent au fond de la mer – explique Sea Shepherd -. La plupart des dauphins retrouvés sont mutilés, avec des nageoires amputées, des cicatrices de harpon, des coupures profondes et des rostres cassés, signes évidents que leur mort est survenue après avoir été pris lors de la pêche avec des méthodes non sélectives. Ces dauphins, qui passent l’hiver dans le golfe de Gascogne, sont des victimes “involontaires” des activités de pêche, dont les cibles sont les bars et les merlus destinés au marché français. Certains chercheurs qui ont documenté ces décès affirment que les dauphins sont également tués par des bateaux français et étrangers en haute mer qui pratiquent la pêche industrielle du surimi et d’autres préparations à base de poisson”.

Arrêter le chalutage

Selon Sea Shepherd, c’est l’utilisation des filets maillants et du chalutage qui provoque un si grand nombre de prises accidentelles. “Nous sommes confrontés à une politique absurde en faveur de la pêche ; permettant l’utilisation d’instruments extrêmement destructeurs et non sélectifs dans des zones très sensibles en raison de la période de frai du bar, où les espèces protégées telles que les dauphins sont particulièrement vulnérables à la capture”, a expliqué Lamya Essemlali, président de Sea Shepherd France, en annonçant que le navire des écoplates continuera à patrouiller la zone jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée.

Réagir à l'article