Loading

Chirurgie esthétique après le Coronavirus

Retrouvez la liberté de quitter la maison, mais aussi le courage de regarder le visage des autres et de regarder sous leurs vêtements. Lorsque le verrouillage anti-Covid-19 prendra fin, la rencontre la plus traumatisante sera probablement celle avec le miroir : alourdis par de longues semaines de sédentarité et d’expériences en cuisine au milieu de la levure et de la farine, inconsolables orphelins de coiffeur et d’esthéticienne, “beaucoup de gens se voient mal et veulent repartir de l’image. Un aspect non secondaire, du moins psychologiquement”, une sensation répandue parmi les professionnels de la beauté : “Le besoin des gens de recommencer à vivre en faisant quelque chose pour eux-mêmes et leur apparence”, peut-être en se faisant une retouche. “Je pense que nous allons assister à une explosion de ponctions et de liposuccions”, déclare l’expert.

“Après 3 semaines de silence total – dit Santanchè – quelque chose commence à bouger” et “à partir des appels téléphoniques, des discours recueillis, nous percevons un enthousiasme que nous n’avions pas calculé. Un ferment qui étonne, mais qui s’explique : il arrive très souvent – reflète le spécialiste – que l’on décide de faire une opération de chirurgie esthétique ou plastique pour tourner la page après un mauvais moment. Un deuil, une séparation, une période déprimante ou difficile que vous voulez terminer par un changement tangible”. Visible aux yeux des autres, mais surtout aux nôtres car “vous savez, quand on s’aime et qu’on se sent en harmonie avec soi-même, on est plus fort, positif et proactif”.

Ainsi, le désir de revenir vivre, de se socialiser, de penser à l’avenir, de se défouler et de refouler ses désirs se déversera également dans les cliniques chirurgicales : “Nous commencerons par les choses les plus simples, les produits de remplissage et le botulisme”, prévoit les spécialistes. “Et puis, quand l’activité des cliniques reprendra avec les mesures de sécurité nécessaires que nous nous équipons pour assurer – dit-il – viendra la liposuccion pour réduire l’accumulation de graisse située dans les points critiques”, héritage de la combinaison de “l’activité physique manquée et de la suralimentation compensatoire”. Un “coupon de beauté” en vue d’un test de bikini qui ne viendra peut-être jamais, mais il n’est pas interdit de continuer à rêver.

En attendant, le secteur se prépare. “Nous attendons avec impatience de savoir combien de temps nos activités pourront reprendre – explique l’expert. Heureusement, dans les hôpitaux, les unités de soins intensifs ne sont plus dans l’urgence comme auparavant, donc je pense et j’espère que tôt ou tard, même les chirurgiens électifs et nos interventions pourront reprendre. En attendant de recevoir des lignes directrices, nous espérons claires et ponctuelles, nous nous organisons pour pouvoir revenir à une pleine activité avec toutes les mesures nécessaires”.

“Pour protéger la sécurité des patients et la nôtre, des précautions supplémentaires seront évidemment nécessaires”, dit le spécialiste. “La première règle sera le respect de la distanciation sociale, ce qui signifie, par exemple, fixer des rendez-vous bien répartis dans le temps afin de ne pas remplir les salles d’attente, surtout quand on n’en a qu’une”. Ensuite, “la disponibilité de gels assainissants pour les patients et de dispositifs de protection pour nous : masques, gants, lunettes et visières, car si nous devons faire une injection, nous ne pourrons certainement pas la pratiquer à une distance d’un mètre et demi”, confie le chirurgien qui a mis sa main dans un bloc et un crayon “pour concevoir une visière qui répond exactement à mes besoins”. La créativité italienne qui, à l’époque des coronavirus, franchit les frontières entre une profession et une autre.

“Nous nous organisons et nous faisons de notre mieux, mais les patients aussi”, préviennent les spécialistes. “L’attention, le sens des responsabilités et le respect doivent être un impératif absolu pour eux aussi, qui doivent porter le masque et essayer d’éviter tout comportement à risque afin de ne pas mettre en danger les autres patients et leur médecin”. Une sorte de “quarantaine avant retouches” ? “Tout ce dont vous avez besoin, c’est d’attention, de responsabilité et de respect”, rappelle les spécialistes.

Réagir à l'article