Loading

E-réputation et avis négatifs : dénigrement condamné en justice ?

De nos jours l’image d’une marque, d’une personne physique ou morale se mesure aussi par les avis sur internet. Plus importants qu’ils n’y paraissent, les commentaires postés sur des pages web peuvent servir de référence pour autrui. Un avis négatif pourrait d’ailleurs enclencher l’effondrement de toute une réputation. Et le dénigrement peut causer des dommages plus graves. C’est un risque que les marques encourent chaque seconde et qui est toujours difficile à maîtriser. Qu’en est-il vraiment du dénigrement et que faire si l’on en est victime ? Voici quelques points importants à ne pas négliger pour mettre une lumière là-dessus.

Avis négatif ou dénigrement ?

Donner un avis négatif relève de la liberté d’expression garantie par la loi. Cependant, mal formulé, il induit à l’engagement de sa responsabilité. Il est certain que la loi autorise toute personne à exprimer son opinion, mais celle-ci est dans la mesure où elle ne tend pas vers de l’affirmation gratuite. Par définition, un avis négatif reflète l’insatisfaction d’une personne due à son expérience et sa perception d’un produit, d’une véracité vérifiée et ne visant pas une entreprise. En revanche les critiques non constructives, infondée et contenant des injures visant une personne physique ou morale se défini comme étant du dénigrement.

En effet, le dénigrement est une pratique déloyale qui porte atteinte à l’image d’une marque. Publié en commentaire sur les réseaux sociaux, sur un blog personnel ou sur un site web un avis négatif faisant appel à de contenue péjoratif à l’encontre d’un service ou d’un produit est tout de même considéré comme du dénigrement. Heureusement, ce genre de pratique peut facilement être évité, par exemple en faisant appel à une agence spécialisée en e-réputation.

Que faire face à un dénigrement ?

La loi punit toute forme de dénigrement. Une société qui en est victime est libre de porter plainte pour préserver son image. Bien évidemment, il est essentiel pendant la poursuite de se munir de preuves suffisantes. L’entreprise se doit de fournir le fait qui a suscité le scandale, les détails du dommage que cela a impliqué et le plus important, le lien de causalité qui les relie aux propos dénigrants. Selon la gravité du cas, cette pratique malveillante se sanctionne par de la contravention et plus un an d’emprisonnement pour une situation plus délicate. Il est aussi possible que le dénigrant soit obligé de payer une caution de dommage et intérêt. Si besoin, la cour peut accorder à ce que la peine soit publiée sur internet. Cela pourrait inverser la situation et rétablir l’image de la fabrique. En outre, il est tout à fait possible demander à ce que l’avis dénigrant soit effacé du web. Et pour un meilleur résultat, il est conseillé d’agir rapidement et de ne pas laisser les propos malintentionnés se baigner trop longtemps dans Google.

 

Réagir à l'article